La Rose est considérée comme la reine des fleurs, et a été cultivée depuis l’antiquité dans le monde entier non seulement pour l’ornement de la fleur ou des baies (cinorrodes) issues de la fertilisation, mais aussi pour l’extraction des huiles et essences aromatiques pour les industries cosmétiques et pharmaceutiques. Néanmoins le rosier n’est pas épargnés par l’apparition de maladie et est sensible à certains insectes. Je vous propose de découvrir dans cet article tout ce qu’il faut savoir sur les maladies des rosiers.

Les origines des nos rosiers

Les espèces botaniques sont environ 250, tandis que les espèces cultivées, issues de sélections et d’hybridations diverses, sont innombrables, vu que, chaque année, des centaines de nouvelles variétés se forment partout dans le monde.

Habituellement, les vieilles Roses, ou mieux, les sauvages spontanées, sont robustes et donc réfractaires aux différents parasites, alors que les rosiers cultivés ou hybrides sont très sensibles à l’environnement et aux adversités relatives.

La raison principale pour laquelle presque toutes les sélections actuelles sont greffées est que le porte-greffe ou le pied sauvage ou rustique, donne alors à la partie greffée (cultivée pour la fleur) une plus grande vigueur et résistance en général.

Les maladies des rosiers les plus répandues

Pour simplifier les différents problèmes qui endommagent les roses, nous pouvons regrouper les différentes causes en :

  • maladies environnementales,
  • parasites fongiques,
  • dommages causés par les insectes et les animaux.

De cette façon, il sera plus facile de comprendre quelles maladies peuvent affecter ces belles fleurs et quelles sont les meilleures techniques pour intervenir de manière décisive dans la lutte contre ce problème.

Organismes nuisibles des rosiers

Les roses sont parmi les plantes les plus communes dans les jardins et sur les terrasses à travers l’Europe, une grande partie de ce succès est due aux fleurs spectaculaires, qui ont rendu cette fleur très populaire, même dans….

Oïdium

odium maladie du rosier

Comme toutes les maladies fongiques, l’oïdium (plus communément appelé blanc maldiou, brouillard ou manne) se développe principalement en présence de conditions climatiques humides.

Rouille

rouille maladie des rosiers

Ce pathogène apparaît dans les premiers mois du printemps et atteint son maximum dans les mois de juin. Les conditions optimales pour le développement de ce mycélium sont la présence d’eau et des températures variables….

Maladies des rosiers : causes nutritionnelles ou environnementales.

Toutes les roses ont besoin d’un sol neutre ou subacide, riche en éléments fertilisants, en matière organique et, d’un point de vue structurel, bien drainé afin de pouvoir vivre et fleurir régulièrement.

L’absence d’un sol propice à la culture et d’éléments nutritifs provoque une détérioration générale du rosier, avec des manifestations de mauvaise floraison et de jaunissement des feuilles et donne ainsi lieu à l’apparition de certaines maladies propres aux rosiers.

D’autres causes « environnementales » sont la rareté de la lumière, la pollution, le stress thermique, mais aussi l’excès de salinité dans l’eau du sol ou les sols inadaptés, et d’autres causes accidentelles ou involontaires telles que la transplantation.

maladie du rosier

Les roses peuvent présenter des décolorations foliaires spécifiques selon le type d’élément nutritif dont elles ont besoin :

  • Décoloration générale de la plante et jaunissement plus prononcé des feuilles dans les zones basales. Végétation rabougrie avec une faible floraison et des fleurs lavées : Azote.
  • Coloration bronzée-violacée des feuilles avec une faible croissance et des ramifications florales qui s’incurvent vers le centre : phosphore S.
  • Dessiccation au bord des feuilles qui peuvent s’incurver vers un U les fleurs ont une mauvaise coloration et sont de petite taille : Potassium.
  • Les feuilles basales jaunissent dans la zone de la nervure centrale et se dessèchent rapidement avec leur détachement précoce : Magnésium.
  • Les feuilles deviennent opaques et se replient. Les feuilles sèchent principalement sur les bords et à l’apex : Calcium.
  • Jaunissement progressif du haut vers le bas de la plante avec séchage des feuilles. Floraison rien ou très pauvre : Fer.

Maladies parasitaires causées par des champignons sur nos roses

L’un des problèmes les plus fréquents avec les roses est la prolifération de maladies fongiques ou cryptogamiques, plus communément appelées « moisissures » en raison de l’apparition de leurs fructifications qui recouvrent généralement la plante fixée.

Ces agents pathogènes, s’ils ne sont pas combattus à temps, peuvent détruire toutes les fleurs et plantes en peu de temps.

maladie parasitaire des rosiers

Elles sont favorisées par les conditions climatiques humides ou pluvieuses, et plus particulièrement par les roses souffrant de carences nutritionnelles.

  • Tiges sèches, cancer des branches et fissures : Sur les tiges et les branches apparaissent des zones déprimées rouge-violacées, qui se dessèchent avec une fente dans l’écorce.
  • Pourriture basale ou à collet : Les jeunes plantes présentent un crépuscule et de la pourriture au niveau du collier. La plante jaunit d’abord, puis sèche rapidement.
  • Oïdium ou mal blanc : Des taches de feutre blanc apparaissent sur les feuilles, les fleurs et les extrémités des branches. Les fleurs ne s’ouvrent pas et ne se fanent pas.
  • Moisissure des feuilles et des bourgeons : Des moisissures grises apparaissent sur les feuilles et les fleurs, puis pourrissent.
  • Rouille : Des pustules brun jaunâtre apparaissent sur la face inférieure des feuilles et peuvent devenir poussiéreuses. Les organes affectés se dessèchent
  • Mildiou : Les zones jaunâtres apparaissent sur la page supérieure des feuilles et les moisissures blanches apparaissent sur la page inférieure des feuilles.
  • Cocher : Des taches floues noirâtres ou violacées apparaissent sur les feuilles. Les feuilles touchées se dessèchent et tombent rapidement, arrachant rapidement toute la plante.

Insectes ou ravageurs animaux affectant les Roses

Les pucerons des roses Les roses sont facilement attaquées par divers types d’insectes qui peuvent mâcher ou sucer des pièces buccales et des dégâts se produisent sur toute la plante, avec une préférence particulière pour la fleur car elle est plus douce, plus douce et plus juteuse.

Pucerons ou poux

La catégorie d’insectes la plus redoutable est celle des drageons comme les pucerons parce qu’en plus des dommages directs causés par l’élimination de la sève et la transmission des formes virales, on ajoute celle de la production de miellat disgracieux avec appel des fourmis et formation ultérieure de « suie ».

Elles recouvrent toutes les parties jeunes de la plante et conduisent à un flétrissement rapide par ablation de la lymphe.

Thentredini et Larves

Ils peuvent être de différents types : des chenilles ou larves de lépidoptères verts ou jaunes aux insectes adultes comme les coléoptères. Ils mangent des feuilles, des fleurs ou des pousses.

Cochenilles

Ils sucent la sève comme des pucerons, sont presque immobiles et vivent protégés par des boucliers cireux de couleur blanche ou jaune rosâtre.

Larves de lépidoptères mineurs

Ce sont des larves de microlépidoptères qui « sapent » la zone verte de la feuille, laissant la cuticule intacte. Les feuilles sèchent et tombent.

Buzzer

Ce sont des papillons suceurs qui piquent les jeunes feuilles ou les pousses. Les organes affectés présentent un froissement de couleur argentée.

Acariens ou pailles rouges

Ce sont de minuscules araignées qui, avec leurs piqûres sur les feuilles jaunies, provoquent un dessèchement complet. Ils sont très mobiles et lorsqu’ils attaquent massivement la plante, ils produisent aussi de petites toiles d’araignées.

Larves et mille-pattes terrestres

Ils appartiennent à divers ordres d’insectes allant des lépidoptères aux coléoptères ou aux élatérides et endommagent les racines et les parties inférieures des plantes.

Maladies des roses : Comment éliminer les pucerons des roses

pucerons sur un rosier

Les pucerons sont certainement l’une des maladies les plus fréquentes parmi celles qui viennent d’être décrites pour les roses

. Lorsque le printemps s’éveille et que les températures augmentent, assurant nuits et matins avec un climat plus doux, les pucerons commencent à se reproduire de plus en plus vite, infestant de nombreuses plantes de roses en peu de temps.

La vitesse de reproduction des pucerons est l’une des armes les plus efficaces de ces parasites qui ont dans le cycle court de reproduction une de leurs meilleures forces. En quelques semaines, les pucerons peuvent infester de nombreuses plantes jusqu’à ce qu’ils couvrent complètement les bourgeons, les branches et les feuilles des roses. Une intervention opportune est indispensable si l’on veut contenir les ondes reproductrices de ces ravageurs.

Les armes les plus efficaces contre les pucerons sont certainement les produits classiques à base de pirmethrine, même si des produits moins toxiques mais tout aussi efficaces sont de plus en plus répandus sur le marché lorsqu’appliqués correctement.

Bien qu’ils ne soient pas mortels pour les plantes, ces ravageurs peuvent causer de graves dégâts en affaiblissant la plante et en ouvrant ainsi la voie à d’autres maladies plus mortelles. D’un point de vue ornemental pour les roses, les pucerons, s’ils ne sont pas contrôlés et contenus, ruinent la rose et sa floraison.

0 Commentaires

Laisser un Commentaire