Maladies du cerisier : les identifier et les traiter

cerisiers et ses fruits

Le mois d’avril est bientôt fini et le printemps est déjà là. Vous regardez avec envie les fleurs de votre beau cerisier s’épanouir en attendant avec impatience de pouvoir en récolter les fruits. Mais saviez-vous que ce bel arbre fruitier s’expose à des maladies et des ravageurs dont la plupart apparaissent justement pendant le printemps ? Ceux-ci pourraient gravement nuire à votre récolte tant espérée ! Petit tour d’horizons des principaux dangers pour votre cerisier : on vous explique comment les reconnaître et les traitements à votre disposition.

Les maladies du cerisier causées par des champignons : savoir les reconnaître et les soigner

Souvent destructrices, les principales maladies des arbres fruitiers sont causées par des champignons qui envahissent l’arbre.

La cylindrosporiose

Cette maladie se développe particulièrement au printemps et en automne par temps humide. Elle atteint principalement les fruits. La cylindrosporiose est visible sur les feuilles, qui sont décolorés puis deviennent progressivement brunes, comme desséchées. Les feuilles finissent par tomber. Les attaques surviennent généralement en été après les récoltes et il n’est pas rare que le cerisier finisse complètement dépouillé de ses feuilles, ce qui risque d’impacter vos prochaines récoltes et la santé de votre arbre. Elle fragilise en effet l’arbre, notamment lors des prochains gels, ce qui risque de donner des cerises plus petites.

Quelles sont les solutions ?

  • Évitez d’arroser le feuillage et ramassez puis brûlez les feuilles malades qui sont tombées au sol.
  • Pulvérisez un fongicide, un mélange à base de purin de prêle et de souffre fera très bien l’affaire ici.
  • En préventif, vous pouvez arroser régulièrement votre arbre, une fois les cerises cueillies si votre été est sec.

La moniliose

cerises victimes de moniliose

Autre maladie cryptogamique, elle est causée par un champignon microscopique qui trouve refuge dans les plaies du cerisier ou les fruits et fleurs abîmés. Il va ensuite hiverner et la maladie se déclenchera au printemps pendant la floraison. Les premiers signes de la moniliose apparaissent sur les branches fleuries dont les extrémités noircissent. Puis lorsque la maladie est installée, ce sont les cerises qui présenteront des petits tâches brunes qui gagneront tout le fruit avant que celui-ci ne se dessèche sur place et pourrisse.

Il est important de repérer la maladie dès les premiers signes pendant la floraison. Car lorsqu’elle apparaît sur les fruits, il est déjà trop tard et toute la récolte est gâchée.

Quelles sont les solutions ?

Il existe plusieurs gestes à adopter pour prévenir la moniliose, l’important étant d’agir avant le printemps, lorsque la maladie se déclenchera :

  • Observez bien vos cerisiers et prenez soin de mastiquer toutes les plaies au début de l’hiver, afin d’éviter au champignon de s’installer
  • Brossez le tronc régulièrement en hiver afin d’éliminer les mousses pouvant abriter le champignon.
  • La décoction de prêle ou la bouillie bordelaise sont deux fongicides efficaces à appliquer avant le printemps.

Malheureusement le seul remède curatif possible est de supprimer et brûler toutes les parties contaminés.

La pourriture grise

Cette maladie se développe particulièrement bien en cas de climat chaud et humide et peut s’aggraver en cas de fortes chaleurs. Comme pour la moniliose, le champignon hiverne puis se développe au printemps et la maladie se déclenche à ce moment-là. Elle va attaquer la floraison du cerisier, occasionnant le dessèchement des boutons floraux puis leur chute. Si floraison d’une partie il y a eu, les fruits survivants vont brunir puis pourrir et se couvrir d’un duvet gris.

Quelles sont les solutions ?

  • En préventif, aérez votre cerisier par une bonne taille et traitez le feuillage avec un fongicide. Encore une fois nous vous recommandons le purin de prêle qui est particulièrement efficace.
  • Malheureusement en curatif, il n’y aura à nouveau pas d’autres solutions que de couper les parties atteintes et de les brûler.

Les ravageurs du cerisier : quels conséquences et quels traitements ?

Plusieurs insectes sont particulièrement nuisibles à votre récolte. Nous vous donnons quelques solutions efficaces pour s’en débarrasser.

Pucerons noirs:

Ce parasite apparaît dès le début du printemps et se nourrit de la sève du cerisier. Sa présence est détectable aux feuilles qui vont s’enrouler et aux jeunes tiges qui vont se déformer. Le miellat des pucerons noirs cause également le développement de fumagine qui aura pour effet de nuire à la bonne photosynthèse de votre arbre.

Quels traitements utiliser ?

  • En prévention : évitez les engrais riches en azote, car attirant les pucerons, ainsi que des tailles trop importantes de l’arbre. Vous pouvez également introduire des espèces prédatrices des pucerons comme les larves de coccinelles ou les perce-oreilles, afin de vous en débarrasser de manière naturelle.
  • Si les pucerons sont déjà bien installés, une solution à base d’eau et de savon noir, à pulvériser sur les feuilles se révèle efficace.

Mouches du cerisier:

Très gênante car elle attaque directement les fruits, la mouche du cerisier pond dans les cerises à la fin du printemps. Ses larves se nourrissent du fruit pour grandir. Vous pouvez détecter leur présence par un trou minuscule sur le fruit, qui va progressivement être entouré de pourriture. Le fruit va devenir véreux et tomber au sol. Les larves s’enfouiront alors dans la terre pour hiverner.

Quels traitements utiliser ?

Malheureusement, une fois ces mouches installés, il est impossible de s’en débarrasser. Vous pouvez cependant agir en amont :

  • afin d’éviter qu’elles ne reviennent au printemps prochain, surveillez bien vos cerises infectés et ramassez-les et jetez-les dès qu’elles tombent pour que les larves n’atteignent pas la terre.
  • utilisez des pièges à glu ou à phéromones.
  • à la fin de l’hiver répandez au sol autour de vos cerisiers du sulfate de fer afin de tuer les larves en hivernation.

La chenille arpenteuse ou cheimatobie

chenille arpenteuse

Les jeunes chenilles arpenteuses dévorent les bourgeons, puis les feuilles ainsi que les fleurs qui finiront par noircir et se dessécher. Les rameaux vont prendre une forme de crosse et les feuilles auront l’air brûlés par le feu. A noter que c’est un risque fréquent si votre verger est proche d’une forêt.

Quels traitements utiliser ?

  • Ce sont les femelles qui montent le long des troncs pour pondre leurs larves sur l’arbre au mois d’avril. Déposez des pièges à glu avant, afin d’empêcher la reproduction et la ponte sur l’arbre.
  • La cheimatobie possède des prédateurs naturels : la mésange en fait partie. Favorisez leur venue dans votre jardin en posant des nichoirs pour mésange.
  • Si l’invasion est déjà présente, à partir d’avril et de mai vous pouvez pulvériser un insecticide à base de Bacillus thuringiensis, qui est une bactérie utilisé comme insecticide biologique.

Petite astuce: vous avez des poules? pensez-y, elles raffolent des insectes et des larves et se feront un plaisir de nettoyer les sol des parasites hivernant.

En conclusion, la plupart des maladies de votre cerisier se déclenchant au printemps, pendant la floraison, la prévention est encore ce qu’il y a de mieux. En effet, une fois installé la maladie compromettra toute votre récolte et il serait dommage de ne pas profiter de vos délicieuses cerises cultivées avec amour!