En raison de l’utilisation répandue du buis, la maladie du buis représente un danger réel pour les parterres de fleurs et les buissons ornementaux de nos jardins. Nous en apprenons davantage sur cette maladie connue sous le nom de la Pyrale du buis et sur la façon de l’éliminer efficacement.

La maladie du buis ou pyrale du buis

Tout le monde n’est pas en mesure de donner des conseils sur la pyrale du buis (Cydalima perspectalis), car cet insecte gênant n’est pas d’origine européenne et ne s’est donc propagé que récemment.En fait, la pyrale du buis, aussi connu sous le nom de foreur du buis, a été importé avec quelques plantes directement d’Asie, et a été introduit en Europe il y a environ dix ans.

Présent en France depuis 2010, il a commencé à endommager plusieurs plantes, dont le buis, et est devenu l’un des ravageurs du buis les plus répandus et les plus redoutables.

Comment reconnaitre la pyrale du buis

Elle se présente sous forme de chenille, d’abord, et de papillon dans son état final, avec une largeur d’aile d’environ 5 cm caractéristique pour sa couleur blanche avec des taches brunes.

Les oeufs se trouvent sur la face inférieure des feuilles. Les femelles pondent jusqu’à 30 œufs environ 2 à 3 fois par an. Une fois transformé en papillon, il n’est plus un danger pour la plante. En fait, le foreur n’est dangereux que pour le buis à l’état larvaire.

Le maladie du buis : comment le reconnaître ?

En tant que parasite qui affecte principalement le buis, la pyrale du buis n’est pas du tout difficile à identifier.

Tout d’abord pour ses couleurs : le corps est vert, la tête est noire, et se caractérise par des stries blanches qui le rendent unique. Il se déplace sur les feuilles et s’en nourrit, en laissant la forme « dentée » typique sur les bords.

chenille pyrale du buispapillon de la pyrale du buisEn plus de la « mastication » typique des feuilles, une autre caractéristique qui permet de reconnaître le passage du foreur sur le buis est celle des trames de fils qui se libèrent en avançant sur la feuille. Les fils, semblables à la soie pour la consistance, peuvent faire penser à une toile d’araignée, mais, contrairement aux derniers, ils n’ont pas, en fait, un motif défini.
Pyrale du buis : insecticide et remèdes chimiques

Pyrale du buis : remèdes naturels

Pour l’instant, il n’existe aucun traitement contre la maladie du buis qui, d’une manière tout à fait écologiquement durable, puisse contrer efficacement la propagation du parasite.

Cependant, la collecte et l’élimination manuelles des larves restent une solution valable. En effet, avant qu’ils n’atteignent le stade adulte, il est conseillé d’enlever manuellement les larves ou de placer des pièges pendant la saison de reproduction pour favoriser la capture massive et désorienter les papillons qui, peut-être, pondraient de nouveaux œufs.

Cependant, le conseil le plus important dans la lutte contre les maladies du buis, ainsi que toutes les plantes, reste toujours valable : un bon entretien, effectué dans les temps, permet de prévenir la propagation des pathologies et des parasites.

Maladie du buis : traitements efficaces

Face à une invasion de Pyrale du buis, la seule alternative à la mort des plantes est une intervention avec un produit agro-pharmaceutique spécifique contre ce parasite. On peut recourir à un traitement avec un insecticide systémique spécifique contre la pyrale du maïs, à pulvériser sur le feuillage des spécimens atteints.

Veillez à bien répartir sur la canopée, même à l’intérieur de la haie, car c’est une plante à la végétation très dense. L’insecticide systémique, une fois distribué, est absorbé et distribué sur l’ensemble du système végétal de la plante, assurant ainsi une protection à long terme. Si nécessaire, répéter le traitement après 5-7 jours.

Effectuer le traitement dans les heures les plus fraîches de la journée lorsque les premières larves apparaissent à partir de juin. Pour aider la plante affaiblie et stimuler la réémission des feuilles, il est conseillé de fertiliser le sol avec un engrais granulaire pour arbustes.

0 Commentaires

Laisser un Commentaire