Fumier de cheval au jardin : utilisations, avantages, conseils

Vous connaissez sûrement la célèbre phrase du chimiste Antoine Lavoisier : « Rien ne se perd, rien ne se crée. Tout se transforme ». 

Aujourd’hui, l’écologie, la préservation de la planète et le recyclage sont au cœur des préoccupations, dans tous les domaines d’activité. Notamment les produits chimiques, qui séduisent de moins en moins, au profit des produits naturels, bios, qui font de plus en plus d’adeptes. 

De nombreux jardiniers connaissent des astuces naturelles pour entretenir leur jardin, obtenir de beaux légumes et profiter de jolies fleurs. Et pour enrichir leur sol, quoi de plus efficace que du fumier de cheval

SI, dans les champs, il est courant de voir des tas de fumier disséminés ici et là, tout le monde ne connaît pas forcément les bienfaits de cette matière 100% naturelle. 

Vous aussi, découvrez tous les avantages du fumier de cheval et comment bien l’utiliser dans votre jardin. 

Le fumier de cheval : composition et processus

fumier de cheval jardin
@Gerbeaud

Le fumier n’est rien d’autre qu’un mélange de restes de matières végétales, comme par exemple la paille, de selles et d’urines animales.

Parce que les matières sèches dégagent du carbone et les matières humides de l’azote, cet mixage crée un compost idéal pour le jardin

Lors de sa décomposition, le fumier apporte à la terre tous les oligoéléments et tous les minéraux dont elle a besoin. Une couche d’humus se forme, améliorant ainsi le sol, quel qu’il soit, en favorisant le développement des organismes vivants. 

C’est donc la recette idéale pour obtenir une terre plus aérée et plus humide, parfaite pour toutes les plantations ! 

Le fumier de cheval est particulièrement très riche en azote et en potasse, ce qui en fait un compost parfait, notamment pour les terres argileuses. 

En quelle saison utiliser du fumier ? 

La période idéale pour épandre le fumier de cheval est l’automne. L’enchaînement des pluies, du froid, et parfois même du gel, active la décomposition pour obtenir un sol bien préparé au printemps. 

Vers de terre et autres micro-organismes s’attellent à le désagréger, l’incorporant en douceur à la terre. 

À l’arrivée du printemps, il vous suffit de peaufiner le travail en griffant un peu le terrain. Cette action permet de respecter la vie microscopique qui s’y trouve, tout en nourrissant la terre. Vous obtenez ainsi le terreau idéal pour vos semis et plantations. 

Dès le début du mois de mars, certains jardiniers épandent également du fumier de cheval décomposé sur environ 6 cm d’épaisseur pour booster l’activité du sol. 

Les avantages du fumier décomposé

utiliser le fumier de cheval au jardin

Vous avez sûrement déjà vu des tas de fumier répartis dans les champs, dégageant un peu de fumée. Sachez que, pour se décomposer, le fumier de cheval chauffe énormément. C’est en montant en température qu’il fait disparaître les potentielles bactéries et/ou parasites. 

Sa décomposition permet d’équilibrer ses taux d’azote, de phosphore et de potasse. En effet, un taux d’azote trop élevé peut brûler les jeunes racines. De même, une trop grande quantité de minéraux n’est pas toujours bénéfique pour les jeunes pousses.

Le fumier de cheval décomposé peut donc être disposé dans votre jardin sans risque, à raison de 1 à 3 kg par m2 et par an. 

Dans quel cas utiliser du fumier frais ? 

Si vous avez besoin d’améliorer la qualité de votre sol en boostant le processus biologique de votre terrain, le fumier de cheval frais est l’une des méthodes utilisée par de nombreux agriculteurs et jardiniers

Quelques mois avant de procéder à vos diverses plantations, vous pouvez épandre le fumier de cheval. Il contient suffisamment d’azote pour accélérer l’activité naturelle de votre sol. 

Environ un mois plus tard, vous pourrez l’utiliser comme base de culture pour certains légumes. 

Une fois vos plants poussés, prenez garde à ne plus l’utiliser frais. Il peut encore contenir certains agents pathogènes, qui ne disparaissent que lors de la décomposition. Vous risqueriez de contaminer toutes vos cultures ! 

Et le fumier déshydraté, dans tout ça ? 

Tout le monde n’a pas forcément la possibilité de se fournir en vrai fumier. Mais sachez que le fumier déshydraté est une excellente alternative ! 

Parce qu’il est transformé, sous forme de granulés, il est facile à utiliser et sans danger pour vos plantations, des pommes de terre jusqu’aux salades et même pour certains petits fruits ! 

Avant ou pendant les plantations, utilisé comme fertilisant ou comme engrais, il s’intègre très facilement au sol et ne nécessite un apport qu’une fois par an, au printemps ou à l’automne. 

Quelques conseils pour bien épandre le fumier

fumier cheval potager

Inutile de disposer le fumier en tas très hauts. Cela a tendance à ralentir la décomposition. Une épaisse couche suffit pour que le processus s’enclenche.

Vous pouvez également l’épandre sur quelques branches afin de favoriser le passage de l’air et l’écoulement des liquides. Sinon, pensez à le retourner plusieurs fois durant le semestre. 

N’hésitez pas à ajouter par-dessus une fine couche de paille ou de feuilles mortes. Elle servira de protection contre la pluie et évitera que tous les nutriments obtenus par le compost ne soient complètement lessivés. 

Vous l’avez compris, le fumier de cheval est un véritable atout pour obtenir un sol en pleine santé. En l’utilisant correctement et au bon moment, ses vertus fertilisantes vous promettent un bon lit de culture pour vos plantations. Voilà une nouvelle preuve que la nature se suffit à elle-même ! D’ailleurs, on peut aussi se servir de la cendre de bois au jardin !

Summary
Article Name
Fumier de cheval au jardin : utilisations, avantages, conseils
Description
Découvrez les avantages et les inconvénients d'épandre du fumier de cheval dans un jardin ou dans le potager. Astuces, conseils et...
Author
Publisher Name
Laetitia
Article précédentTout savoir pour bien prendre soin de son avocatier
Article suivantComment créer un jardin écologique ?